• J'aurai parfois penser que je suis juste une personne ordinaire. Mais non, je dois faire partie de cette catégorie de personnes que les gens ordinaires disent excentriques. C'est vrai je crois et je me dis que tant mieux après tout.
    Cependant je me dis parfois que j'aimerais beaucoup que le monde qui m'entoure ne voit pas uniquement l'aspect extérieur. J'en ai un peux marre d'être juger par des personnes qui n'assument même pas leur opinions en les disant en face des personnes concernées. Pour ne dit-on jamais ce que l'on pense de la personne lorsque celle-ci se trouve en face de nous?
    Je sais que parfois ma franchise et mon côté direct peuvent sembler être agressif ou vexant, voir énervant pour certain. Je m'en fou et tant que les gens ne m'accepteront pas comme je suis, je n'essayerais pas de changer. Je veux changer que pour les personnes qui m'acceptent telle que je suis et tant pis si cela doit me faire du tort. Vous ne m'aimez pas? Et Alors?! Qu'est-ce que cela pourrait bien me faire? Changer ma vie?
    Je suis une solitaire. Les amis, j'en ai jamais eu et ne pensez pas que c'est à cause de mon caractère, ça a toujours été ainsi et aussi long que je puisse me souvenir, les seuls amis que je n'ai jamais eu sont mes animaux. D'ailleurs, même si j'essaie de me faire des amis, tous finissent par me faire du mal, même inconsciemment. Un ami n'est-il pas censé être là lorsque vous en avez besoin, vous écouter, ne pas vous juger et éventuellement vous soutenir, même si parfois se comprendre est difficile?
    Je n'aimes pas l'espèce humaine! Nous ne sommes que des créatures guidées par nos désirs, même si nous avons l'impression d'avoir appris à les contrôler. Et je dirais même que parfois je préfère voir un criminel qui assume ses actes qu'une personne qui va se plaindre dans votre dos de la phrase que vous avez osé dire sur un ton soit disant agressif ou de votre tenu "trop voyante". Et bien moi, je dis Mer*e à tous ceux qui n'assume leur opinions en osant les dire. Parce que n'oublier pas que lorsque que vous critiquez une personne dans son dos et que celle-ci l'apprend plus tard, c'est 100 fois plus douloureux à entendre que de l'avoir reçu en directement, même si votre ego est un peu vexé, le coup sera quand même plus facile à digérer. Bon, je sais que certains ne réagissent pas comme ça, mais c'est relativement rare en fin de compte.
    En tout cas, tu peux me dire toutes les méchanceté que tu voudras, cela ne me touchera pas. Je suis rodée depuis le temps. Je sais que je suis grosse, moche, idiote, conne, agressive, stupide, etc... Ce sont de faits que j'assume parfaitement. Mais dit-moi toujours en face ce que tu penses de moi, car pour moi, c'est une marque de respect. Je n'épargne personne et si j'ai une critique à faire, je la fais et cela qu'elle soit négative ou positive. Je ne me cache pas et j'attends que les gens en fasse autant à mon égard. Donc oses dire ce que tu as dire!

    5 commentaires
  • Je suis une fille d'un style tout particulier.
    Je ne suis pas la seule, je pense.
    Moi, je ne pleure pas quand je suis triste.
    Seulement quand les personnes qui m'entourent le sont.
    Je ne souris pas quand je suis heureuse
    Seulement quand je vois l'expression de joie sur le visage des personnes qui m'entourent.
    Je ne cherche pas le bonheure
    A quoi il me servirait?
    Je ne veux rien.
    Je n'espère rien.
    Je ne souhaite rien.
    Je vis simplement parce qu'on m'a donné naissance.
    Je fais de mon mieux.
    Un jour, je mourais.
    Simplement, comme je suis venue.
    Sans plus.
    Avec juste ce qui faut pour pouvoir me dire:
    Je suis enfin libre.


    4 commentaires
  • -----Mais laissons le chapitre boulot pour le moment, on aura tout le temps d'y revenir plus tard. Pour revenir à mon enfance, il me reste quelques vagues souvenirs du temps où j'allais encore à l'école des Racette, c'est-à-dire entre 3 et 7 ans environ. A cette époque, je ne parlais pas. C'est pas que je ne pouvais pas, mais simplement que j'étais d'une grande timidité. Je sais que pour tous ceux qui me connaisse aujourd'hui celà peut paraître incroyable et pourtant! J'avais l'habitude de rester dans mon coin toute seule ou à essayer de jouer avec ma soeur, mais elle n'avait pas vraiment l'envie et préfèrait souvent rester avec ses copains. Un jour, je me souviens que ma mère m'avait coiffée avec une tresse anglaise. Je trouvais ça magnifique et j'en étais très fière. A cette époque, j'avais en effet les cheveux longs, tout comme ma soeur d'ailleurs, et ma mère nous coiffait souvent avec une simple queue de cheval, avec des barrettes partout sur la tête pour ne pas avoir de cheveux dans les yeux. Ca nous donnait un effet casque multicolor. En tout cas, le jour où elle m'a fait cette tresse, je suis partie à l'école toute gaie. Il me semble même que je portait ma robe préféré bleu ciel. Et je suis arrivée dans la cours de l'école. Là, j'ai retrouvé mes camarades de classe. C'est alors que Fabien, un copain, s'est approché de moi. Il m'a dit qu'il me trouvait très belle et qu'il me donnait sa schtroumphette. En effet, les petits personnages des schtroumpf était très à la mode quand j'étais petite, on les collectionnait comme les jeunes de maintenant collectionnent les pokémons. En tout cas, je me souviens avoir pris la schtroumphette et après un moment de réflextion du à la surprise, d'être rentrer chez moi en pleurant. J'avais eu peur je ne sais trop pourquoi. Ma mère ne m'a pas grondé et je suis retournée à l'école dès l'après-midi. La stroumphette, je l'ai toujours concervé là où je l'avais rangé, dans ma boîte à trésors.

    -----De l'époque où j'allais à l'école des Racettes, c'est le seul souvenir qu'il me reste. J'ai bien quelque bride de souvenir qui réapparaissent parfois, mais rien qui ne puisse faire une petite histoire intéressante. J'ai pourtant passer 4 ans dans cette école. Je ne me souviens même pas avoir peint le muret qui antour la cours. Pourtant, je sais que je l'ai fais, j'avais vu de mes yeux mon nom sur mon dessin. Bon, bien sûre aujourd'hui les dessins sont presque tous effacés, mais je me souviens d'avoir été très surprise quand j'avais vu mon nom sur le mur. Par contre, j'ai un peu plus de souvenir de ma scolarité à Onex-Parc. C'est normal aussi, j'étais déjà plus grande. J'ai rejoind cette école en 3ème primaire, parce que ma soeur devait changer d'établissement, car il n'y avait pas de 5ème primaire aux Racettes. Et c'était plus simple qu'on aille toutes les 2 dans la même école. J'avais de la chance, car lorsque j'ai changé d'école, je n'étais pas la seule. Quelques'un de mes camarades des Racettes sont allés à Onex-Parc aussi. Et comme on a eu beaucoup de chance, on s'est retrouvé tous dans la même classe.
    A suivre...

    Partie 1

    votre commentaire
  • ----- Alors voilà, j'ai décidé que j'allais écrire ma biographie. Ca fait longtemps que j'y pensais, mais je ne m'étais jamais vraiment lancée. C'est pas si facile d'écrire sur sa propre vie. J'aurai aimé mettre en titre "mes mémoires" ou quelque chose dans ce style. Je trouve que ça fait très chic! Mais bon, je suis qu'une fille ordinaire et qui aimerais resté simple, chose qui est manifestement pas toujours le cas...

    -----Donc voilà, je me lance. Je suis née un jeudi 9 octobre, il y a 28 ans déjà. Le temps passe si vite! J'aimerais bien vous raconter un tas d'histoires sur mon enfance, hélas je n'ai que peu de souvenir à ce sujet. Cependant ma mère m'a raconté une anecdote assez marrant je dois dire au sujet de mon père. Je ne pourrais vous dire s'il s'agissait d'un rassemblement de famille pour ma naissance ou pour mon batème, mais il paraît que mon père pour nourrir toute la famille qui était venu de France pour me voir, avait décidé de faire un plat tout simple, des spagettis. Je ne sais pourquoi, peut-être pour aller plus vite qui sait, mon père a fait cuire ces pates dans une cocotte-minute! Resultat: explosion de pâtes dans la cuisine! J'aurai bien aimé voir ça, parce que quand c'est ma mère qui raconte, mon père fait comme si c'était normal de cuire des spagettis dans une cocotte-minute...Perso, à chaque fois que j'entends cette histoire, je me marre! Pauvre papounet! Il n'a pas finit de l'entendre cette histoire, car même quand on rend visite à mes tantes en France, cette aventure à tendance à ressortir.

    -----Comme je le disais tout à l'heure, de mon enfance, je ne me souviens de rien. Je sais que j'ai habité la ville de Meyrin durant les 6 premier mois de mon existence. Puis nous sommes venus nous installer dans la petit ville d'Onex. D'ailleurs, j'habite toujours le même appartement q'il y a 27 ans en arrière. Et pour les petits curieux qui se demande si j'habite toujours cher mes parents, et bien oui c'est le cas en effet. Ce n'est pas que j'ai spécialement envie de rester habiter chez eux, mais c'est surtout que je n'ai pas trop le choix pour le moment. La vie et les loyers sont chers sur le canton de Genève. Et pour taitre une rumeur aux sujet des suisses, non, nous ne sommes pas tous nés avec une cuillère en or dans la bouche, pas plus qu'en argent, et non, nous ne sommes pas tous riches! Proportionnellement, je dirais que si je vivais en France ou en Allemagne, je gagnerais bien mieux ma vie et peut-être que j'aurai la posibilité d'avoir une jolie maison. Beaucoup d'étrangers pensent que nous sommes riches parce que nous vivons dans le pays des Banques, mais hélas, la réalité est complètement différente. A Genève, le coût de la vie est pharamineux compare aux maigre salaire que l'on receoit. Chez nous, le salaire minimum n'existe pas. Il y a bien des conventions collectives pour fixer une norme, mais elle n'existe pas forcement dans pour les métiers et n'est pas equivalente pour tous. Certain métier où la tache est rude au quotidien gagne nettement moins qu'un métier de bureaucrate. Il n'y a aucune logique. Pourquoi une personne qui passe 8 heures derière un bureau à tapper sur son ordi gagnerait plus, voir beaucoup plus qu'une personne qui travaille dans la construction entre 9 et 10 heures par jour, toute la journée en plein soleil ou sous la pluie?

    -----J'ai fait mon apprentissage en horticulture-floriculture dans une petite boutique de fleur sympa. je travaillais sure toute la journée, qu'il y aille du soleil ou de la neige. J'avais la chance d'avoir un chef de culture gentil qui quand il pleuvait ou faissait vraiment froid, essayait de nous trouver, à mon collègue et à moi, un petit travail au chaud ou à l'abrit. Mais ce n'était pas toujours le cas, car il y avait toujours de quoi faire dans le jardin. En effet, ce n'était pas un de ces superbe jardin sous serre, ultra-moderne que l'on peut voir en Hollande. Même pour la Suisse, notre jardin était plutôt de type "ancienne mode". D'ailleurs, je me souviens que lorsque j'ai dis la première fois au cours théorique que j'étais apprentis dans cette petite boîte, les profs ont bien rigoler! Je crois bien que j'étais la seule à ne jamais avoir travailler avec des machines modernes comme une rempoteuse. Mais nous, on avait pas besoin de ça. Il est vrai que le travail en exterieur était pénible, mais mes collègues et moi, ça nous plaisait! Et pourtant, le salaire était terriblement faible à comparer avec un apprenti employé de commerce, par exemple. A croire que le travail dans un bureau est de plus grande valeur que celui d'un travailleur manuelle... Enfin... Je crois aussi que ce n'est pas demain la veille que ceci changera.
    A suivre...

    Partie 2

    votre commentaire
  • ------Il est des jours où une mise au point devient obligatoire. Et c'est exactement de que j'ai fait ce weekend. Bon, évdemment, il se n'est pas en 2 jours que je peux faire avancer ma vie, par contre 2 jours de musiques est fortement bénéfique pour éclairer mes pensées et mettre un peu d'ordre dans mon coeur.
    ------Oh, bien sûre, je n'ai pas encore tout pu mettre au claire... Il s'avère que je suis amoureuse d'un type qui ne m'aime pas et ce pour la 2 ème fois en 2 ans. C'est vraiment super... parce que bien évidemment ce n'est pas la première fois que cette situation m'arrive... A croire que j'aime avoir de la peine et souffire, mais en allant au delà de ça, je me demande si dans le fond je suis vraiment amoureuse. Alors là, peut-être que vous pourrez m'aider. Qu'est-ce que l'amour?
    Comment sait-on qu'on aime quelqu'un ou non?

    ------Personnellement, j'aimerais toujours être avec lui, le voir et le toucher, l'embrasser, sortir avec lui. Un weekend sans tchatter avec lui, c'est l'enfer. Et lui, il ne s'interesse pas plus que ça à moi, il ne s'inquète pas le moins du monde de moi, même si c'est avant tout un ami. Et dans le fond, on connt quoi l'un de l'autre...? Pas grand chose, on partage la même passion pour ce qui est japonais, on fait tout 2 du fitness régulièrement, mais à part ça? Je ne sais rien de sa famille, de sa jeunesse, de ses loisirs, de ses problèmes s'il en a... C'est pas que je veux pas savoir, c'est juste qu'il ne me parle pas de lui.

    ------Et de son côté, c'est pareil pour lui. Il ne connt pas grand chose de moi... Mes loisirs, ma famille, mes amis, ma vie d'avant... Je lui en ai dejà parler, mais je crois pas qu'il ne s'en souvienne... bon, peut-être du gros. Mais de toute fon, quand je lui parle sérieusement, j'ai pas l'impression qu'il me croit vraiment... D'ailleur, je suis sûre qu'il me prend pour une alcoholique mythoman! Bon, c'est aussi un peu de ma faute... quand j'ai un peu trop bu, je téléphone souvent aux personnes qui me sont chères pour ne rien dire et ce quelque soit l'heure! Et d'ailleur, c'est là que mon principal faut, à savoir l'avarisme, fait son apparition... je fais n'importe quoi pour autant qu'on me paye pour! C'est idiot, je sais, mais heureusement il est quand même rare que j'en arrive à ce stade.

    ------Bref, pour en renvenir au sujet de départ, je me demande si dans le fond, je suis vraiment amoureuse. Si ce n'est pas la peur de l'autre qui me fait tomber sous le charme de personne inaccecible... C'est assez complexe comme situation, mais je finirais bien par trouver chaussure à mon pied... j'espère...

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique