• 針供養 Harikuyô, funérailles des aiguilles

    Une très jolie tradition japonaise aura lieu demain. Comme tous les 8 février, on fêtera Harikuyô ou funérailles des aiguilles. C'est une célébration importante pour tout brodeurs, couturier et autre métier du textile. Les fabricants de kimono sont les principaux acteurs (après les aiguilles bien sûr!) de cette cérémonie car il n'est pas rare de casser une aiguille lors de leur conception. Dans la tradition shintoïste, tout objet, y compris inanimé, possède une âme et donc qui dit âme, dit respect de leur repos, d'où le Harikuyô.

    Les personnes comme moi, qui aiment la couture et/ou la broderie, rapportent leur aiguilles cassées au temple. Elles leur témoignent alors un respect pour leur travail accompli et prient pour leur âme. Il est vrai que pour nous européen, cela peut sembler un peu étrange...

    On apporte donc les aiguilles cassées au temple et on les pique dans un morceau de tofu ou de konnyaku pendant que les moines chantent et récitent des prières appelées 供養 kuyô . Puis, ce bloc est emballé dans un morceau de papier pour être soit enterré, soit porté à la rivière ou mer la plus proche pour y être lâché dans le courant.

    Dans l’ouest du Japon, on le célèbre en général le 8 Décembre. Mais pourquoi ces dates...? Et bien il s'agirait d'une vieille tradition (et oui, encore! ^^) Le 8 février et le 8 décembre étaient appelés 事八日 Kotoyôka dans le monde agricole. Le 8 février représentait le début des travaux et le 8 décembre la fin. Il était coutume de ne pas travailler ces 2 jours-là et donc les femmes qui ne faisaient pas de travail d'aiguille en profitaient pour apporter les aiguilles cassées ou usagées au temple ou sanctuaire en priant pour que les travaux de couture progressent et que le quotidien aille pour le mieux.

    Dans le Japon des années 60.

    Aujourd'hui, cette coutume n'est plus célébré partout dans le Japon, mais n'est pas prête de disparaître. A Tokyo, une des plus populaire aura lieu à Asakusa, dans le Sensôji. La tradition a même trouvée sa place auprès des brodeuses occidentales.

    Dans une école de stylisme japonaise
    Confection d'un petit livre par une brodeuse pour ces aiguilles cassées
    Autre modèle d'un carnet pour les funérailles des aiguilles confectionné par une brodeuse occidentale.
    « Makizushi RoseNouveau hobby: le crochet - 新しい趣味: かぎ針編みする »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :